Bonjour Christelle

Auteur dessinatrice, scénariste, coloriste elle prend toutes les casquettes pour écrire notamment :

Rouen où elle a dessiné deux épisodes :

  • Le viking Rollon
  • Le premier évêque de la ville Mellon de Cardiff

 

 

 

      Bonjour Chirstelle , et bienvenue chez Je dessine ma BD :

 

 

 

 

 

Pouvez-vous d’abord vous présenter ?

Bonjour à vous, je suis prof d’arts plastiques et autrice (bd). Après mon bac techno, j’ai fait deux ans aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand puis je suis orientée (avec bonheur je dois dire) en Histoire de l’art. La Licence en poche, j’ai commencé l’enseignement et tout en continuant à titre perso ma passion du dessin. Il m’a fallu du temps et un accident de la vie pour, disons, revoir les priorités. La BD a repointé le bout de son nez et depuis deux ans, ma foi, je me régale même si le revers de la médaille est sévère. Un métier dure, dévalorisé… c’est compliqué tout de même.

 

Vous avez démarré à quel âge le dessin  et depuis quand vous êtes vous lancé dans la bande dessinée ? Quel a été le déclencheur ?

J’ai une anecdote que je raconte souvent à mes élèves. En fait je me suis mise à beaucoup dessiner pour ne plus « lâcher » le crayon à 12 ans. Je m’en souviens parfaitement car j’ai redoublé la 5èmé, j’ai fait mon « Guy Degrenne ». Je ne faisais que de dessiner. Fan d’Astérix ou de Gaston Lagaffe, j’étais très jeune attirée plutôt sur l’animation. Mais j’ai découvert le goût des études et finalement le dessin est passé un peu au second. Je pense que le déclic s’est produit, il y a trois ans. Après une longue convalescence, la bd m’a rattrapé. Je me suis remise « sérieusement » à plancher. Je pense que je n’avais pas auparavant, la bonne attitude (si tentée cela peut exister). Faire de la BD c’est un métier qui nécessite plein de talents… Je l’ai compris seulement il y a trois ans (vaut mieux tard que jamais !)

 

 

Vous avez 2 métiers un le jour l’autre le soir  combien de temps passez vous pour créer vos bandes dessinées ? Et avez-vous démarré directement par une œuvre complète (Rouen) ou par des petites BD ?

Je n’ai participé qu’à des collectifs : Rouen 1, Artips : histoires de l’art en bd (chez petit à petit). J’apprends le métier. C’est le parcours du combattant pour la plupart des auteurs donc pour les jeunes auteurs c’est un sacerdoce ! Pour l’organisation du travail, je travaille quotidiennement. Mes deux activités sont assez compatibles.

 

Quels sont vos projets à venir ? Et qu’est ce que vous rêvez de dessiner ?

J’ai deux projets avec deux scénaristes, France Richemond (« le trône d’argile » chez Delcourt) et Chantal Van den Heuvel (« le venin du scorpion » chez Castermann). Deux projets assez différents mais très intéressants. Je n’ai pas de rêves en dessin. Ce qui me fascine c’est de partir d’une feuille et de faire disparaître petit à petit l’épais brouillard se dissiper et faire apparaître l’image dont je peux avoir une idée mais rarement précise. J’aime beaucoup me laisser surprendre.

 

Comment avez-vous rencontré les personnes (scénaristes, coloristes)  avec qui vous travaillez ?

Je connais toutes les limites des réseaux sociaux mais j’avoue que cela peut-être un outil formidable et cela m’est très utile. Mais c’est indispensable de rencontrer des auteurs, des éditeurs lors des salons et des festivals bd !

 

Maintenant 3 petites questions d’ordre technique :

  • Quel conseil me donneriez-vous en tant qu’amateur bédéiste ?

Se faire plaisir avant tout !

 

  • Vous réalisez de nombreux dessins au bic, comment réussir à garder le crayonné sans trop hachuré  ?

Quand je réalise un dessin au bic, je dessine beaucoup de traits (assez légers). Je parle souvent de mes gribouillages. Il n’y a pas de technique appropriée à mon avis.

 

  • Pour réaliser vos dessins vous appuyez vous sur une documentation ? laquelle ? et pour quelle raison (personnage, pause, posture, décor…)

A titre personnel, il est primordial de faire des études : dessiner pour dessiner. Comme un musicien qui fait des gammes. On peut appeler cela des échauffements. Quand on adopte un style assez réaliste, il faut régulièrement dessiner d’après modèle : respecter les proportions, la notion d’échelle, les perspectives… La documentation est nécessaire quand on fait de la bd historique. Après, notre domaine reste la bande dessinée, pas une thèse historique.

 

  • Enfin une dernière petite question vos portraits sont imaginaires ou vous vous appuyer sur des photos ou personnages réels ?

Cela dépend. Mais en réalité, je ne suis pas vraiment portraitiste. Mais j’évite quand je crée un personnage de m’inspirer d’une seule personne. Il vaut éviter que l’on reconnaisse quelqu’un (a moins que cela soit un personnage réel dans l’histoire)

 

 

Un grand merci pour le temps passé avec nous.

Je rappelle que l’on peut trouver votre bande dessinée ROUEN tome 1

 

Voici le lien pour admirez vos œuvres :

Facebook : https://www.facebook.com/christellefriaud

Blog: http://christellefriaud.blogspot.ca/

Je vous invite à aller  y jeter un œil: ses dessins sont d’une grande douceur, d’un grand détail et magnifique !

A bientôt sur un stand et pour votre prochaine BD !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *